Nombre de candidats souhaitent se tourner vers les métiers du cinéma et de la télévision mais pensent ne pas posséder — ou ne pas pouvoir acquérir — le bagage nécessaire pour intégrer l’ESEC.

Une mauvaise orientation au Lycée, un désir réprimé au profit d’études jugées plus classiques, une passion qui se transforme tardivement en évidente nécessité génèrent des frustrations et engendrent une crainte à se présenter à une sélection sérieuse. 

L’année préparatoire de l’ESEC est un accompagnement pédagogique dans les divers champs artistiques et culturels. Elle a un seul objectif: que l’étudiant comprenne ce qui l’entoure, afin qu’il choisisse et retienne ce dont il a besoin pour réaliser des projets personnels. 

La méthode de travail permet d’acquérir une bonne culture générale artistique, une réflexion esthétique, une connaissance du monde social, une curiosité envers les autres arts. Un accompagnement permanent, dans le respect de ses choix et de ses ambitions, a pour but essentiel de permettre à l’étudiant de se découvrir et développer ses compétences uniques. 

Le travail demandé à l’étudiant est organisé comme un entraînement à la méthode et à la rapidité par la réalisation de séquences d’observation, de prises de paroles, d’exposés individuels. 

Le contrôle des savoirs est permanent et interactif, individuellement avec chacun des professeurs ou au sein d’un groupe.

Au terme de cette évaluation, l’étudiant de l’année préparatoire, s’il a obtenu la moyenne nécessaire, est admis au Cycle 1 de l’ESEC.

Activités complémentaires

DES RENCONTRES

Elles sont organisés tout on long de l’année avec des professionnels du cinéma pour informer les étudiants sur les différents métiers et filières professionnelles (réalisateurs, producteurs, chefs décorateurs, ingénieurs du son, chefs opérateurs, etc.)


DES SORTIES

Découverte de la cinémathèque française, avant premières de longs métrages, visites aux Musée du Louvre, Musée d’Orsay ou Musée du Quai Branly accompagnées du professeur d’Histoire de l’Art : les cours se prolongent en dehors de l’école.


DES SPECTACLES

La mise en scène au cinéma a d’abord été théâtrale, le jeu des acteurs a d’abord été chorégraphique puisqu’ils ne parlaient pas, la dramaturgie musicale s’est d’abord montrée à l’Opéra… Spectateurs de films, vous devez l’être aussi de ces arts fondateurs ; par effet de retour, vous ne pourrez que mieux comprendre votre propre plaisir de cinéma. Plusieurs spectacles seront vus au cours de l’année (théâtre, danse ou opéra). Le prix des places est inclus dans les frais de scolarité.

Suivi de l’étudiant


L’année scolaire est organisée en 3 trimestres composés de 9 semaines de cours (8 pour le dernier trimestre) et de deux semaines réservées pour des examens, des cours complémentaires, des conférences et des corrections.

Le programme comprend en moyenne 22 heures de cours hebdomadaire auxquels s’ajoutent des sorties accompagnées à l’extérieur (musées, expositions, spectacles), le visionnage de films abordés en cours, des travaux personnels et des travaux à réaliser en groupe (dossiers, reportages photo). Chaque cours ou travail pratique fait l’objet de contrôles des connaissances.

Ces contrôles donnent lieu à une notation qui s’applique :
Aux travaux individuels : travaux personnels faits à la maison, suivi rapide au début de certains cours,                 Aux travaux collectifs en ateliers,
Aux épreuves d’examens écrits en fin de trimestre.

À chaque fin de trimestre, l’étudiant reçoit un bulletin qui intègre la note moyenne de chacun des cours.

Cette organisation en trois trimestres permet de faire un suivi plus régulier de l’évolution du travail des étudiants : les étudiants qui ont obtenu les moins bonnes moyennes ou ceux qui souhaitent faire un point sur leurs résultats, sont reçus par le responsable pédagogique.

Durée des études

Une année universitaire d’octobre à juin.
Vacances universitaires : Noël (deux semaines), Hiver (une semaine), Printemps (une semaine)

Programme


PANORAMA DES CINÉASTES

Ce cours, basé sur l’analyse filmique, explore en détail l’univers de plusieurs cinéastes. L’enjeu est tout d’abord d’enrichir votre culture, puis de modifier votre regard : passer du simple regard de spectateur à un regard analytique et synthétique.


REVUE DE PRESSE CINEMA

L’atelier Revue de Presse Cinéma s’articule autour de la sortie de films nouveaux. Les étudiants rassemblent les articles de la presse écrite puis apprennent à argumenter leurs propre point de vue et à le défendre en le soumettant à la critique.


HISTOIRE DE L’ART

Ce cours propose un panorama des bouleversements esthétiques depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, afin d’exercer le regard du cinéphile à cette gymnastique nécessaire entre l’image-plan et l’image-mouvement. Au programme : le traitement de la lumière ; la représentation du corps, de l’espace et du mouvement ; la mise en scène dans la représentation figurée ; et enfin, la notion de genre. Les principaux courants artistiques qui jalonnent l’histoire de l’Art sont analysés en parallèle à cette histoire fondamentale des formes. Des visites dans les grands musées parisiens sont aussi organisées afin de permettre une confrontation directe avec les œuvres.


HISTOIRE DU CINEMA : NOTION DE GENRES

Quoi de mieux que la notion de « genre » pour aborder l’Histoire du cinéma ? Renvoyant tout aussi bien aux films eux-mêmes qu’à l’industrie qui les produit ou au public visé, la notion permet surtout d’étudier l’évolution de l’art cinématographique. Que ce soit par le prisme des techniques (muet, parlant, couleur, format de l’écran, 3D…), des grandes périodes stylistiques (classicisme, modernité, postmodernité…) ou même des modes de production, nous étudierons la formation et les transformations des principaux genres cinématographiques.


CADRE, LUMIERE ET POINT DE VUE

Qu’est-ce qu’un cadre ? De quelle manière celui-ci va t’il déterminer une certaine esthétique ? Faut il composer son image ou privilégier le réel ? En quoi un éclairage, une lumière, vont-ils impliquer tel sentiment, tel sens caché ? À travers une exploration tout à la fois esthétique, historique et technique, nous comprenons comment se fabrique une image de cinéma et, au fil des usages techniques et des déterminations esthétiques, comment se constitue un point de vue. Il s’agira de se poser la question suivante.


DRAMATURGIE

Le cours de dramaturgie a pour objet d’offrir une approche méthodique et analytique du scénario et de fournir aux élèves les outils théoriques, techniques et historiques leur permettant de lire professionnellement un scénario. Deux thèmes transversaux seront abordés successivement et permettront d’appréhender l’essentiel des questions de dramaturgie: la narration et le personnage


IMAGE ET NARRATION

Comment narrer un récit en image? Comment produire un sens, une émotion par le montage? A travers l’étude chronologique et esthétique du montage chez différents cinéastes – de Eisenstein à Eric Rohmer, de John Ford à Maurice Pialat en passant par Robert Bresson, Roberto Rossellini et d’autres grands auteurs – le cours montrera combien les conceptions du montage et de la narration se complètent ou s’opposent.


L’IMAGE DE CINÉMA

L’image d’un film est le produit du désir et des idées d’un réalisateur et du travail et du talent d’un chef opérateur. Ce cours traite du travail de l’image : comment aller dans le sens du film, comment servir l’intention du réalisateur, et avec quels moyens? En parlant du rôle du chef opérateur, on revient également sur certaines notions techniques en les confrontant à leurs utilisations dans le langage cinématographique.


LE SON AU CINEMA

Autour de la présentation des différents métiers du son au cinéma, la prise de son, le montage son et le mixage, puis à partir d’extraits de films, nous étudierons l’élément sonore ainsi que ses rapports et ses interactions avec l’image afin de comprendre dans quelle mesure il peut être mis en scène et ainsi véhiculer du sens.


CINEMA ET MUSIQUE

De la musique instrumentale (originale ou existante) à la chanson, du symphonisme européen et hollywoodien à la bande originale électronique, ces différents aspects de la musique de film permettront d’appréhender toute la richesse de la dialectique entre l’image et la musique à travers plusieurs époques du cinéma et d’acquérir les notions techniques et esthétiques indispensable à la compréhension du dialogue noué entre le réalisateur et le compositeur, entre un film et sa musique.


AUTOUR DE LA PHOTOGRAPHIE

Ce programme présente les bases techniques et esthétiques de la photographie. Il procède par interactions entre des cours théoriques détaillant l’ensemble des choix qui s’offrent au photographe (supports, paramètres d’un cadre, utilisation de la lumière) et des ateliers pratiques permettant aux étudiants de se confronter à ces choix, d’apprendre à réfléchir avant une prise de vue et donc d’exploiter au maximum les ressources de la photographie. Les cours comprennent également l’étude du travail de quelques photographes et sont prolongés par la visite d’expositions photos.


LA VÉRITÉ DANS LE DOCUMENTAIRE Le film documentaire n’est pas le reflet fidèle de la réalité, il en est une recréation esthétique ; la construction d’un point de vue sur le réel. Il n’a pas non plus, comme on a tendance à le croire, vocation informative, pédagogique ou propagandiste. Ce cours sera donc avant tout une approche esthétique qui s’appuiera sur des repères historiques et la vision de nombreux extraits de films, du muet jusqu’à nos jours.


SERIES TV : MODE D’EMPLOI

Depuis presque 10 ans, la série télévisée connait un regain d’intérêt. Elle est devenue le 1er mode de consommation de la fiction. Si elle emprunte au cinéma, elle ne fonctionne pas de la même manière. A travers des exemples historiques mais aussi contemporains, nous étudierons donc ce qui fait la spécificité de la série télévisée


FILMER LE MONDE

Filmer le monde, c’est assembler et unifier les éléments du monde (terre, mer, ciel, hommes) afin de former une totalité (le cadre). Et cela quel que soit le paysage (ports, îles, déserts, villes, campagnes, etc.) et les problématiques sociales et politiques qu’il engage (frontières, communautés, identités nationales, etc). Quelles sont les stratégies esthétiques et les économies formelles pour filmer le monde ? Chaque cinéaste, donc, nous propose d’habiter un monde différent. Autant de questions qui nous permettront de nous promener dans l’histoire du cinéma et de voyager parmi tous ses territoires, toutes ses époques.


FAIT DIVERS

Jack l’éventreur, les soeurs Papin, l’affaire Romand… Source d’inspiration intarissable pour la littérature et le cinéma, le fait-divers pose la question de l’événement, et s’offre toujours, à différents niveaux, comme un portrait de l’époque. À partir d’exemples tirés de l’actualité, il s’agit ici de questionner le fait-divers en tant que récit : parce qu’il est le plus narratif des genres journalistiques, nous nous intéressons aux moyens de sa mise en scène et à la dimension mythologique de son discours.


CINEMA AMERICAIN ET IDEOLOGIE

Le cinéma reste, plus que jamais, un miroir tendu à l’imaginaire politique d’une époque – qu’il soit le moyen d’une reconduction de l’idéologie dominante, ou, à l’inverse, le lieu de sa déconstruction critique. Du western au film d’horreur, de Frank Capra à Sylvester Stallone, à Hollywood comme dans les marges, le cours se propose de revenir sur quelques grands films américains, relus comme autant de manière d’interroger le contemporain.


ANGLAIS

La prise de confiance dans l’expression orale et la compréhension de l’anglais actuel seront au coeur du programme à travers des discussions et analyses de films anglophones contemporains et des présentations individuelles. Les niveaux moins élevés consacreront une partie du temps à consolider les bases structurelles pendant que les niveaux supérieurs étudieront des structures et vocabulaire plus élaboré en insistant sur le vocabulaire adapté au monde de l’audio-visuel pour l’ensemble des étudiants.